Les tops et flops parisiens : una actuación de una gran tristeza

Ce lundi, le Paris Saint-Germain s’est incliné au tirs aux buts, 0-0, 5 tab 6 contre Nice comptant pour les 8es de finale de la Coupe de France (voir le résumé de PSG/Nice ici). Les Parisiens n’ont jamais su mettre l’intensité nécessaire un match de haut niveau. Ils ne doivent leur défaite qu’à eux-mêmes, Nice ayant opté pour rester solide derrière. Voici nos tops et flops de ce match.

tapas –

Marco Verratti.

Le petit hibou a été bien seul dans ce match. Il a joué haut tiré au but, crée des décalages. Il a cette aisance qui permet toute l’équipe de mieux respirer. C’est bien simple, au milieu, avant l’entrée de Paredes, il a semblé seul pour jouer vers l’avant. Il n’est pas aidé, mais ne se précipite pas. Il a joué juste et c’est bien là une de rare satisfaction de ce match d’un ennui glaçant.

Nuño Mendes.

Dans un autre style et encore avec pas mal de déchets, il faut aussi mettre en avant le jeune latéral portugués. Il a une telle vitesse et, cumulé son insouciance, cela donne des phases de jeu intéressantes. Il a une belle qualité de centre, il manque encore de rigueur, mais il fait peur. Il n’hésite pas percuter. Il monte en potencia.

fracasos –

El PSG.

Quel hastío. Il manque de la technic chez ciertos joueurs. Il manque de la qualité dans toutes les lignes. En un bis vu trop de pass vers l’arrière ou deux mètres justes côté. Il n’y aucune prise de risques chez Danilo et Ander Herrera. Lionel Messi, ne passe plus un dribble, Draxler est juste physiquement. Dagba manque de qualites ofensivas y defensivas. Mauro Icardi quant lui est dans une period incroyablement difficile. Il court, mais contretemps. Il n’est plus là où il faut pour mettre les buts et se montrer dangereux. Le PSG a encore affiché ses limites qui se résument facilement. Manques d’envie, de cursos, combativité, de qualité, d’idée et de créativité.

Mauricio Pochettino.

On ne peut pas faire un flop sans mettre l’entraîneur du PSG dedans. Il n’a pas eu le choix pour la défense avec les absents de 5 défenseurs (no au moins deux joueurs titulaires: Marquinhos et Hakimi). Mais il a une nouvelle fois brouiller les pistes, et pas seulement chez les supporters ou les suiveurs, il aussi embrouillé ses joueurs.

Défense 3 et 4 en alternance, personne n’a rien compris encore une fois. Au milieu, il continue de croire dans la paire Herrera/Danilo. Pour defender, a peut s’entendre, mais contre une équipe de Nice qui a bien travaillé sa tactique autobus contre laquelle il failit de la créativité et du rythme dans de petits espaces, c’est incompréhensible. Paredes a un peu aporté, mais on hurte ce manque de folie et d’idée chez l’entraîneur Argentin. Devant, c’est cohérent sur le papier, Mbappé peut souffler, il ya du beau monde.

Mais le problème, c’est l’état de forme des uns et des autres. Messi n’avance plus vraiment, Draxler est en reprise et Icardi n’y est plus du tout. Et les deux premiers ont joué en ailiers, ce qui n’est sans doute pas leur meilleure place. Hormis Paredes (et on peut discuter le fait qu’il rentre après son voyage in argentino), les changements sont tardifs, Mbappé rentre tard, Simons pour 10 minutes et puis plus rien. Sans idées, sans émotion, sans combativité, ce PSG made in Pochettino est d’une grande tristesse.

Jacobo Briones

"Introvertido certificado. Fanático de Internet devoto. Alborotador sutilmente encantador. Pensador".

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.