Les cryptomonnaies vertes sont-elles vraiment vertes?

Comme quantité de support d’investissement, les cryptomonnaies n’échappent au verdissement de l’économie. De plus en plus se present comme étant adossées des projets vocation durable et responsable. Encore faut-il occulter la façon dont elles sont conçues…

Soutenir des projets éthiques aussi bien pour l’homme que pour l’environnement dans lequel il évolue. Sur le papier, l’ambition des cryptomonnaies “vertes” est limpide. Cuando ciertas vocaciones requieren la contaminación plástica en los océanos, otros aspirantes a gratificadores de usuarios de libros numéricos vierten buenas acciones en materia de desarrollo duradero. Quelques-unes vont même jusqu’à financiador des projets de Transition énergétique. C’est le cas de Klima. Une cryptomonnaie qui a pour but d’accélérer l’appréciation du prix des actifs carbone. Autrement dit de contraindre les entreprises et les économies s’adapter plus rapidement aux réalités du changement climatique. C’est également le cas de SolarCoin qui vise, elle, rendre gratuit la production d’énergie solaire.

Une production extrêmement energivore

Le fait est que la production de cryptomonnaies comme le bitcoin est extrêmement énergivore… Si las iniciativas y las ambiciones des cryptomonnaies vertes semblent louables, la manière dont elles sont conçues plantean preguntas, voire quelques problèmes éthiques. Et ce, parce qu’elles vont l’encontre du caractère responsable que l’on adosse par exemple aux actifs labélisés ISR qui ont, eux, pour but de soutenir l’économie réelle. En outre, les cryptomonnaies sont des actifs particulièrement spéculatifs. Ce qui peut, là encore, aller l’encontre d’une finance dite durable et responsable qui tient compte du fait que les ressources de la plante ne sont pas illimitées.

Un título de ejemplo, la universidad de cambridge indiquait dans une étude publiée en février 2021 que la consommation annuelle d’électricité pour le minage des bitcoins était similaire celle de l’Argentine, et que la cryptomonnaie émettait autant de gaz à effet métropoleque de Londres de serre oleque.

Dans le détail, la producción de bitcoins genera una impresión de montaña de Déchets electrónicos reutilizador imposible. Notamment parce que le système de minage, qui implique des calculs de plus en plus compliqués, anime a les mineurs n’utiliser que des puces informatiques de dernière génération spécialement dédiées au minage. Lesquelles puces ont une durée de vie de 1,3 ans en moyenne selon le Sitio de ciencia futura. Et lorsqu’elles ne fonctionnent plus, elles sont jetées la poubelle.

Manque de transparencia

De hecho, l’appétit pour les monnaies basées sur la blockchain y explosé pendant le confinement. Leur valeur a été multipliée par dix en un an. Ce qui a conduit le Fonds monétaire international (FMI) s’y intéresser de prs. L’instance estime que les crypto-monnaies font peser un risque sur la stabilité économique, notamment dans les pays émergents et recommande de renforcer leur security internationale.

Dans son “Rapport sur la stabilité financière dans le monde”le FMI consacre un capitre entier au risque posé par ces actifs numériques bases sur une blockchain et leur reproche leur manque de transparencia et de gouvernance.

Une blockchain fonctionne, en effet, comme un registre partagé dans lequel chaque maillon de la chain inscrit une information codee, le tout formant un code ineffaçable. Sauf qu’aucune autorité centrale n’intervient pour regular les flux. Les défenseurs de la blockchain estiment justement que c’est cette caractéristique qui asegurar la transparencia y ils se félicitent du fait qu’il n’y ait pas de gouvernance centralisée.

Selon le FMI, c’est aussi l’anonymat des utilisateurs qui permite transacciones ilícitas et qui donc induit la mauvaise reputación de dispositifs comme le bitcoin. Outre les problématiques de financement du terrorisme que l’on adosse aux crypto-monnaies ou bien encore de cybercriminalité, il ya donc la problématique du manque de transparent qui va, là encore, l’encontre de considérations responsables.

Des iniciativas para reducir el consumo de energía

Outre les performances financières des cryptomonnaies, les acteurs du secteur essaient de prendre des Initiatives vertueuses. D’autres crypto-monnaies qui s’appuient sur la blockchain comme l’ethereum auraient selon une estimation faite par des chercheurs de l’université de Munich une consommation équivalente seulement 16% de la consommation du bitcoin.

L’ether (la cryptomonnaie la plus populaire au monde après le bitcoin) a pris una decisión mayor en mai dernier : à savoir celle de changer une partie de son fonctionnement et de passer d’un système dit de “proof of work” (preuve de travail) un système de “proof of stake” (preuve d’enjeu) pour le minage des nouvelles pièces .

Cette nouvelle l’époque a fait l’effet d’une bombe parce qu’elle pourrait changer radicalement la façon dont les cryptomonnaies sont produites et réduire de façon signative leur impact écologique. Il n’y aurait plus besoin ni d’alimenter des fermes d’ordinateurs surpuissants, encore moins de résoudre des calculus complexes.

L’Ethereum Foundation estime que le pass la prueba de participación pourrait permettre una reducción de la consommation d’energie de 99.95%. Un chiffre prendre avec des pincettes toutefois explique la fundación. Notamment parce qu’il “n’existe pas de statistiques concrètes sur la consommation d’énergie, ni sur le matériel utilisé”.

Revisar los modos de producción

Si les crypto-monnaies polluent, se révèlent spéculatives et manquent de transparence dans la mesure où aucune autorité centrale n’intervient pour réguler leurs flux, les concepteurs de crypto-monnaies ont pris la mesure de la nécessité de production pourer eux deur pour verdir leurs Monasterios Des iniciativas comme la “prueba de participación” sont donc en cours pour parvenir cette fin. Dans une récente note, l’Association pour le développement des actifs numériques (Adan), qui regroupe les principaux acteurs français du secteur (avec parmi les adhérents Coinhouse, Ledger ou encore Kaiko), apistes’ égares pour carbone du secteur. Comme le fait de permettre aux mineurs de crypto-activs d’utiliser les excedent d’énergie et de flécher “une partie du rendement du minage vers le financement des énergies renuvelables”.

Investir responsable en tablent sur les crypto-actives reste donc complexe. Mais les évolutions sont en cours. Même les banques beginnt s’y interesser de prs. Le plus important étant de ne pas avoir une vision manichéenne et de rester vigilant si vous souhaitez miser dessus. N’hésitez pas vous rendre sur el sitio de l’AMF pour vous renseigner ce sujet. Ce d’autant plus que ce n’est pas parce qu’il s’agit de monnaie numérique que les projets financés ne se révèlent pas réels et vertueux.

Gregorio Estremera

"Pionero de Internet. Alborotador. Apasionado amante del alcohol. Defensor de la cerveza. Zombie ninja".

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.